Petit guide de survie anti-Hadopi (2)

4 avr
2009

Suite du billet Petit guide de survie anti-Hadopi.

5 - Changez de moteur de recherche !

IxquickIxquick - CC Soren

Vous faites confiance à Google ?

Même lorsqu’il enregistre vos données de recherche (termes, heure de la visite, liens utilisés et adresse IP) ? Même lorsque votre identité d’utilisateur de cookies est stockée dans une banque de données ? L’anonymat sur Internet passe aussi par la lutte contre certaines vieilles habitudes, comme l’utilisation systématique d’un même moteur de recherche, aussi incontournable soit-il.

Ixquick est un métamoteur de recherche, c’est à dire qu’il puise ses résultats à travers d’autres moteurs de recherche. Ici, ce sont les moteurs All the Web, Altavista, Ask/Teoma, Exalead, Gigablast, Google, Live (MSN), Open Directory, Voila, Wikipedia et Yahoo qui sont interrogés par Ixquick puis transmis à l’utilisateur dans une synthèse pertinente.

Mais son véritable intérêt réside dans le politique de confidentialité et la protection de la vie privée des utilisateurs que le métamoteur a mis en place.  En effet, depuis janvier 2009, Ixquick n’enregistre plus l’adresse IP des utilisateurs de son moteur (auparavant, cette donnée était conservée 48 heures). De plus, Ixquick ne se sert que de deux fichiers témoins - anonymes. Le fichier témoin des « préférences » permet de retrouver les préférences de recherche que vous avez sauvées en vue de votre prochaine visite. Il est périmé après 90 jours. Le fichier témoin d’exclusion des résultats répétitifs permet d’éviter que les mêmes résultats soient affichés lorsque vous effectuez une recherche de suivi portant sur le même terme. Il est obsolète immédiatement après la fin de votre session de requête.

En clair, avec Ixquick, plus de cookies et plus d’IP :). En plus, vous pouvez -dans les préférences du métamoteur- demander une connexion sécurisée (Secure Socket Layer (SSL) / HTTPS) entre votre navigateur web et Ixquick. Cela évitera la surveillance du trafic par votre fournisseur d’accès à Internet.

Un site à découvrir en profondeur ;).

6 - Utilisez une machine virtuelle

Windows XP in Ubuntu 8.04 Hardy Heron via VirtualBoxWindows XP in Ubuntu 8.04 Hardy Heron via VirtualBox - CC bobafred

Prochaine étape pour se protéger : installer le mouchard made in Hadopi sur votre ordinateur.

Ou plutôt, utiliser une machine virtuelle (comme VirtualBox) pour y enfermer le logiciel espion. En effet, la machine virtuelle va vous permettre de faire fonctionner un deuxième système exploitation (au hasard, Windows XP ou Windows Vista) tout en évitant que le “logiciel de sécurisation” ne se mêle de vos affaires ; il n’enregistrera tout simplement rien.

Ainsi, en cas d’accusation, c’est sans doute une méthode pratique pour se faire disculper tout en évitant d’être espionné.

7 - Passez au streaming

StreamingStreaming - CC Pip

L’avenir de la diffusion de la culture n’est ni dans la répression, ni dans le peer-to-peer, mais bien dans le streaming.

Alors pourquoi ne pas franchir le pas et être à l’avant-garde du web ?

Certes, les différentes industries du disque veillent au grain et n’hésitent pas à menacer voire à ordonner la fermeture de certains services de streaming (Beemotion, Radio.Blog.Club…), tandis que d’autres sites sont parfois obligés de censurer certains contenus (YouTube, DailyMotion…). Pourtant, des dizaines et des dizaines de sites existent, certains étant par ailleurs tout à fait légaux (Deezer, Jiwa…). D’ailleurs à ce sujet, qu’importe la vidéo ou la musique en ligne, la personne pouvant éventuellement être mise en cause dans ces cas-là est celle qui a mis en ligne le fichier, et non pas celui qui le regarde ou l’écoute.

Un certain nombre d’outils permettent de télécharger toutefois le contenu de ces sites web : Streamget vous permet de sauvegarder n’importe quelle vidéo issue d’un site de streaming, ClipToMP3 se propose de créer des listes de MP3 téléchargeables à partir de YouTube et DailyMotion, tandis que Clickster propose la même chose à partir de Shoutcast et MySpace. En fait, il existe énormément d’outils pour contourner Hadopi.

Et pour écouter de la musique gratuitement et légalement, n’hésitez pas à utiliser ces services :

… et sans doute tant d’autres que j’ai oublié !

Des listes du même genre doivent certainement exister pour les sites de streaming vidéo.

Quoiqu’il en soit, ces services permettent de faire beaucoup de choses ; non seulement vous avez accès à des recherches de titres, d’albums ou d’artistes, mais vous avez également la possibilité de vous créer des listes de lecture (playlist), de découvrir de la musique en fonction de critères (genre musical par exemple), et tout cela bien souvent gratuitement et en toute légalité :).

Plus besoin de CD et de chaine Hi-Fi, plus besoin de MP3 et de P2P.

Gain de temps, gain de place, que demande le peuple ;) ?

La suite bientôt ;)

Note bene : si vous avez des suggestions pouvant entrer dans ce petit guide de survie, si vous souhaitez apporter des précisions ou des corrections, n’hésitez pas !

Partagez cet article !
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google
  • Live
  • Scoopeo
  • Technorati
  • MySpace

3 réponses to Petit guide de survie anti-Hadopi (2)

Avatar

Petit guide de survie anti-Hadopi | Mind Overflow

4 avril 2009 at 21 h 59 min

[...] La suite se trouve sur ce billet (Petit guide de survie anti-Hadopi (2)) [...]

Avatar

HADOPI mon amour … | 59Hblog

11 avril 2009 at 15 h 17 min

[...] dans la lutte naissante contre l’HADOPI : Petit guide de survie anti-HADOPI : partie n°1, partie n°2. ___ Pour aller plus loin dans l’analyse du système de risposte gradué mis en place, il [...]

Avatar

toto

22 mai 2009 at 11 h 55 min

question :
j’ai installé Firefox et FoxyProxy ; effectivement avec le site de la cnil je peux vérifier mon adresse ip qui a été changée-Est ce que je peux donc télécharger un torrent via le site mininova.org sans être inquiété ?
merci

Un mot à dire ?

Version Audio
Recharger l'image

top