Et un troisième parti pirate français, un !

Le troisième Parti pirate français
Le troisième Parti pirate français – CC BY-NC-SA Soren

Et de trois !

Alors qu’en Suède, le Piratpartiet va avoir sans doute deux sièges au Parlement européen, tandis que nos amis d’outre-Rhin investissent le Bundestag, l’assemblée parlementaire allemande, voilà qu’en France, un troisième Parti pirate se forme. Si les deux premiers ne semblaient guère actifs jusqu’à présent (et c’est un euphémisme !), se contentant de publier quelques communiqués au gré de l’actualité, l’arrivée d’un nouveau challenger jette encore plus le trouble sur la capacité des différents acteurs à s’unir pour former un mouvement plus conséquent.

Ce troisième parti a donc été fondé par un certain Rémy Cérésiani, étudiant à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Soit. Ce que je trouve assez étrange cependant, c’est le manque évident d’ouverture de ce nouveau parti. En effet, si vous faites un tour sur le weblog du parti ou sur le groupe Facebook (un millier de membres à cette heure) mis en place pour l’occasion, vous constaterez que les commentaires sont modérés a priori dans un cas (et apparemment supprimés par la suite… quand ils sont publiés) ou refusés dans l’autre.

Dans l’absolu, je n’ai rien contre les initiatives de ce genre, mais on peut se demander quelle est l’intérêt de créer une troisième structure alors que le paysage politique français compte déjà deux Partis pirates. Quelle peut-être la lisibilité pour un électeur lambda, sensibilisé aux questions d’Internet à ses différentes problématiques (la question du téléchargement ou le respect de la vie privée par exemple), avec l’existence de trois partis ? Rendez-vous compte, ces trois-là ne représentent à tout casser que quelques centaines d’individus et il y a déjà trois courants différents. Ils vont concurrencer le Parti socialiste à se rythme-là.

Quoiqu’il en soit, le commentaire précédent a été supprimé. Il a pourtant bel et bien été publié puisque j’ai pu le voir, comme le montre ma capture d’écran. Quand à mon commentaire, voilà deux jours qu’il est en attente de modération. Comment percevoir un parti qui verrouille totalement la discussion, supprime les commentaires et ne semble répondre à aucune des sollicitations des deux autres Partis pirates français ? Je ne dis pas que tel ou tel est plus légitime ou plus capable, mais ce manque de communication et d’échange est plus que problématique. Le créateur de ce mouvement politique devrait se méfier du retour de flammes. Les critiques commencent à fuser…

Enfin, Jérémy Zimmermann, le porte-parole de La Quadrature du Net, estime que le modèle suédois n’est pas « transposable en France. Il y a déjà une myriade de groupuscules dans tous les sens, la proportionnelle, les frais de campagne… En Suède, il y avait un espace. Et la question des libertés individuelles dans l’environnement numérique est transversale à tous les partis« . Sans compter les menaces sur The Pirate Bay.

Note : voir la capture en taille réelle.

Note : parait-il que l’arrivée du troisième larron inciterait les deux premiers partis à fusionner. Si c’est le cas, c’est très bien, mais pour le moment la fusion n’est pas encore effectuée. Certes, je me doute bien que créer et entretenir un parti politique est difficile, c’est un travail long et fastidieux. M’enfin, à un moment vouloir faire de la politique, c’est prendre des décisions, c’est faire des choses. Assumer des responsabilités. Or, j’ai l’impression que ça fait des mois qu’en France, les différents partis pirates sont complètement léthargiques, ne faisant que publier des communiqués…

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image

Additional comments powered by BackType