Le Parti pirate suédois aura au moins un siège au Parlement européen

Piratpartiet
Piratpartiet – CC BY-SA Michel Zappa

C’est une petite révolution.

D’après les premières estimations concernant les élections européennes de 2009, le Parti pirate suédois (Piratpartiet) aurait remporté au moins 7,4% des suffrages exprimés en Suède, permettant ainsi à la formation politique d’envoyer au moins un, voire deux députés à Strasbourg pour siéger au Parlement européen.

Souvenez-vous. En 2006, le Parti pirate suédois était fondé sur le principal objectif de réformer les droits de propriété intellectuelle. À l’époque, beaucoup d’analystes politiques et de médias traditionnels étaient pour le moins sceptiques, si ce n’est railleurs. Après des mois de campagne contre des partis politiques bien établis, le Parti pirate a finalement réussi ce que beaucoup estimaient comme impossible : envoyer des parlementaires pour défendre les convictions du Piratpartiet. Et quand bien même cela ne changera pas la donne politique de l’Union européenne, c’est une grande victoire sur le plan symbolique.

Par ailleurs, si l’obtention de deux sièges semble être un score finalement bas, il faut le mettre en perspective du nombre de sièges alloués à la Suède au Parlement européen : 18. Si l’on reste sur ce premier chiffre de 7,4%, cela signifie qu’environ 200 000 Suédois ont choisi le Parti pirate. C’est une énorme augmentation quand on se souvient des élections nationales de 2006, où le mouvement politique n’avait obtenu « que » 34 9118 voix. Selon les premières estimations, le taux de participation suédois pour ces élections européennes est assez proche de celui de la France : environ 40%.

Il est évident que les dernières évolutions sur l’IPRED (Intellectual Property Rights Enforcement Directive) et le procès contre les administrateurs du site The Pirate Bay ont joué en faveur du Piratpartiet. Cela s’était d’ailleurs répercuté sur le nombre d’adhérents : à l’heure actuelle, presque 50 000 Suédois ont décidé de s’engager politiquement au côté d’un parti proposant une révision en profondeur du droit d’auteur. 50 000, c’est également un score plus élevé que le nombre total de votes reçus en 2006.

Grâce à leur présence à Bruxelles, le Parti Pirate espère réduire les abus de pouvoir et le droit d’auteur aux mains de l’industrie du spectacle, et de rendre ces activités illégales. D’autre part, ils ont l’espoir de légaliser l’échange de fichiers pour un usage personnel.

Comme l’indique le président du Piratepartiet Rick Falkvinge : « Together, we have today changed the landscape of European politics. No matter how this night ends, we have changed it,” This feels wonderful. The citizens have understood it’s time to make a difference. The older politicians have taken apart young peoples’ lifestyle, bit by bit. We do not accept that the authorities’ mass-surveillance« . Et le vice-président Christian Engström de déclarer à la presse  : « It’s great fun to be a pirate right now« .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*
Version Audio
Recharger l'image

Additional comments powered by BackType