juil
14

Énigmatique Japon


Énigmatique Japon

Quand il débarque pour la première fois au Japon, l’auteur, bien qu’anthropologue expérimenté, se trouve immergé dans un monde étrange.
Il réagit alors comme Alice au pays des merveilles : « j’étais plein de certitudes, de confiance et de présomptions infondées sur mes propres catégories de perception du monde. Je ne pensais même pas que le Japon risquait de les bousculer ». Ses idées préconçues volent en éclats et c’est cette découverte émerveillée qu’il nous offre. Au fil d’enquêtes méticuleuses, il dévoile les multiples facettes du Japon et de son peuple.
Il aborde, tour à tour, la vie quotidienne par le rituel du thé, la chanson, les arts martiaux ou les repas, la vie sociale, en s’interrogeant sur les clans, les bains publics, les bonnes manières ou l’éducation, ainsi que la vie politique japonaise et son impérialisme. Sans oublier la fameuse langue japonaise, qui change en fonction de la personne à qui l’on s’adresse. Perspicace, têtu, honnête, Alan MacFarlane nous donne une image inédite de ce pays qui fascine l’Occident depuis des siècles.

210 pages. 7 grands chapitres.

Et une « révolution intellectuelle » pour ma pomme.

Cela fait désormais plus d’une dizaine d’années que je m’intéresse véritablement au Japon, au-delà des classiques clichés qui parviennent dans nos contrées. Je n’ai jamais prétendu connaitre ce lointain pays sur le bout des doigts, pourtant j’avais la conviction – la prétention même – de comprendre un peu ce pays. Son peuple. Quand j’ai refermé ce livre, je me suis rendu compte que je ne savais finalement pas grand chose sur cette culture.

Ou plutôt, ce que j’ai lu, entendu, appris depuis des années, toutes ces informations ne sont que la face émergée de l’iceberg. Et ce livre nous donne finalement l’occasion de plonger la tête sous l’eau pour apercevoir un univers insoupçonné : l’autre côté de l’iceberg. Et on saisit dès lors l’épaisseur de cette culture, de cette société. Ce livre ne m’a finalement rien appris de particulier sur le Japon. Il m’a plutôt fait comprendre ce pays. Mieux le comprendre.

  • De l’autre côté du miroir
  • Le choc culturel
  • La prospérité japonaise
  • L’individu, la famille et le groupe
  • Pouvoir, politique et ordre social
  • Une certaine manière d’être au monde
  • Croyances et sentiments religieux

Alan MacFarlane, professeur d’anthropologie à l’université de Cambridge, explique ainsi qu’ »au Japon, l’entité de base n’est ni chose ni sphère institutionnelle, ni molécule ni individu […]. C’est plutôt une relation.Tout est situationnel, symboliquement lié à autre chose« . Si le Japon a un vernis occidental, en grattant un peu on découvre que le Pays du Soleil Levant a un véritable fonctionnement parfois très différent de nos sociétés. Ainsi, la conception binaire du monde (bien/mal, homme/Dieu…) n’est pas intégrée dans la culture japonaise.

J’aimerais encore dire beaucoup de choses, mais je n’ai malheureusement pas le talent de MacFarlane. Toutefois, j’ai apprécié la démarche empirique, progressive de l’auteur. Il ne s’est jamais positionné comme un maitre de conférence dispensant son cours magistralement. Non, ce livre nous donne le sentiment de lever le voile en même temps que l’auteur, d’être surpris aux mêmes moments, de comprendre au fur et à mesure de cette quête.

Et d’accepter à la fin que, malgré notre meilleure compréhension de ce pays, le Japon reste bien opaque pour un étranger :-).

À lire, une référence du genre pour tout passionné.

Vous avez la parole, prenez-là mon vieux !

CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image