PWN Last.fm, l’extension qui… pwn Last.fm

Télépopmusik
Télépopmusik – CC BY-NC-SA Soren

Si comme moi vous êtes sur Last.fm, vous appréciez certainement les différentes facettes du site communautaire : non seulement vous pouvez remplir votre profil musical avec la fonction « scrobbling » (en gros pour ceux qui ne savent pas, vous envoyez vos écoutes musicales sur le site, ce qui permet de renseigner les visiteurs sur vos préférences musicales : artistes fétiches, morceaux favoris…), mais en plus Last.fm vous propose des artistes similaires ou des personnes partageant les mêmes goûts que vous.

Évidemment, le revers de Last.fm, ce sont les webradios. Non pas qu’elles soient mauvaises, mais elles sont devenues payantes cette année. À moins de s’acquitter d’un abonnement mensuel de 3 euros (d’accord, ce n’est pas la mer à boire !), vous n’avez plus que deux solutions pour scrobbler : utiliser un application streaming (comme Spotify) ou écouter vos propres fichiers audio sur l’ordinateur avec un logiciel (Winamp, iTunes, Foobar2000, Rythmbox… etc). C’est un peu plus contraignant, surtout pour la seconde possibilité, car vous devez télécharger une petite application qui lira vos données et les enverra ensuite à Last.fm.

PWN Last.fm se propose de contourner d’une certaine façon la nouvelle politique de Last.fm. En effet, si cela ne vous permettra pas de lire directement les musiques sur le site, ce petit script fonctionnant avec Firefox et Opera va tout simplement modifier la mise en page du site communautaire pour rajouter un nouveau « bloc » : les derniers fichiers BitTorrent échangés sur l’artiste en question. Ainsi, si vous êtes par exemple sur la page de Tepopmusik, Keane ou encore Sonata Arctica, PWN Last.fm ira farfouiller directement dans IsoHunt pour vous dénicher les derniers échanges entre internautes.

Bien entendu, si l’outil en lui-même n’est pas illégal (il existe de nombreux artistes recensés sur Last.fm qui diffuse de la musique avec une licence plus souple), il va sans dire que les fichiers que vous seriez amené à récupérer vont vous plonger dans l’enfer des pirates communistes qui ne pensent qu’à partager à tout va, mettant en branle le fondement même de nos sociétés capitalistes.

Mais je m’emporte.

PWN Last.fm repose donc sur l’API publique d’IsoHunt pour afficher une quinzaine de torrents avec à chaque fois : le nom complet du fichier, sa taille et le nombre d’internautes impliqués (seeders et leechers). Petit raffinement supplémentaire, chaque torrent dispose d’une icône de lecture pour écouter sur Bitlet un aperçu complet de chaque piste. C’est dire si les vilains pirates sont choyés.

Un bémol cependant, certaines pages d’artistes n’afficheront aucun torrent. La raison peut se comprendre : artiste pas assez connu, torrents trop anciens, liens morts… si vous êtes passionné d’artistes « mainstream », vous trouverez une utilité évidente à PWN Last.fm. En revanche, si c’est les groupes obscurs méconnus même pas en indies qui font de la musique dans une cave au fin fond de la campagne… alors là, c’est pas gagné pour trouver un lien sur IsoHunt !

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image