Le capitalisme : une histoire d’amour, par Michael Moore

J’aime bien ce que fait Michael Moore. Comme beaucoup, j’ai découvert le bonhomme à la casquette de base-ball avec Bowling For Columbine. Puis ensuite, parcours classique : Fahrenheit 9/11 et SiCKO pour ses documentaires les plus connus. Je me suis plongé dans ses premiers essais à la caméra, avec l’inévitable Roger and Me. J’ai lu un livre de lui aussi. Stupid White Men and other Sorry Excuses for the State of the Nation. Tout un programme !

Actualité et scandale, la recette qui marche : le 11 septembre et les raisons fallacieuses de la guerre en Irak, les travers du système de santé américain, les dérives de la vente d’armes aux États-Unis… sa nouvelle production ne pouvait être que sur le milieu de la finance : Capitalism, a love story.

Alors certes, du recul est nécessaire avec Michael Moore. Le risque démagogique et le dérapage contrôlé ne sont jamais loins. Mais ces brûlots ont le mérite de mettre un coup de pied dans la fourmilière, et c’est pas désagréable :-)

1 commentaire

  1. Sebk a dit :

    J’attends ça avec impatience :)

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image