Twitter attaqué : l’hypothèse 4chan

La semaine dernière s’est déroulé un évènement qui a mis en émoi tout un pan de blogo-techno-geeko-sphère du web mondial : Twitter et dans une moindre mesure Facebook étaient attaqués par des attaques DDoS, consistant à submerger les serveurs par d’incessantes requêtes. Résultat : impossibilité de traiter les requêtes normales des utilisateurs.

Si l’évènement n’a rien d’exceptionnel en soi, l’intérêt s’en est trouvé rehaussé puisque le DDoS a spécifiquement visé des réseaux sociaux, en particulier ceux permettant d’échanger et de discuter (enfin… même si les statuts de Facebook et les messages de 140 caractères ressemblent à du « bruit de fond » qu’à de véritables discussions). Du coup, pendant quelques heures ce bruit de fond a fait place à un relatif silence.

Évidemment, la blogo-techno-geeko-sphère a rapidement trouvé un haut-parleur alternatif, en se rabattant sur les blogs. Oui, malgré l’arrivée des Twitter, Facebook, FriendFeed et compagnie, ils tiennent encore le coup ceux-là ! Et sans surprise, tous (ou presque ;-)) ont commenté ce  véritable crime de lèse-majesté contre le « real-time web » (ça, c’est le nouveau terme à la mode pour marquer le prochain pas après le web 2.0). Franchement, c’était flippant.

Non pas qu’il soit illégitime d’en parler, mais tous ont quand même livré leurs impressions sur l’absence d’un service qui ne permet au final que de « décrire le vide en phrases courtes qui suscitent l’admiration et l’envie« . Définition assassine, mais qui n’est pas dénuée d’un fond de vérité : bruit de fond, brefs monologues de liens hypertextes et ReTweet bien sentis.

Finalement, on apprendra par la suite que ce DDoS trouvait son origine dans les tensions persistantes entre la Géorgie et la Russie. Cette dernière aurait visé un bloggueur géorgien en ciblant les différents sites où sa présence était confirmée pour le faire taire, ou du moins réduire la portée de sa voix. Peine perdue d’ailleurs, puisque cela a donné au jeune homme une sacré promotion.

Cette histoire n’est d’ailleurs pas sans rappeler la fameuse cyber-guerre qui s’est déroulée il y a deux ou trois ans entre l’Estonie et la Russie. Je vous laisse imaginer qui a gagné… Un indice : l’Estonie est l’un des pays les plus dépendant au monde du Réseau des réseaux.

D’autres ont suggéré la piste de 4chan, le célèbre BBS anglophone anonyme. Ce ne serait ni la première fois, ni très surprenant de 4chan, habitué à quelques cyber-réactions pour le moins percutantes ! Quoiqu’il en soit, si la piste du Géorgien est largement privilégiée, ce billet était surtout le prétexte pour vous dévoiler l’image ci-dessus qui est très amusante, pour peu que les « références » 4chan sur le forum ne soit pas incompréhensibles ;-). Surtout Pedobear, le controversé nounours et icône officieuse de l’image board…

1 Comment

  1. Personnellement je ne crois pas en l’hypothèse du bloggeur géorgien, la Russie a des moyens plus « persuasif » pour faire taire un « gêneur ».

    PS: J’aime bien l’image :)

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*
Version Audio
Recharger l'image

Additional comments powered by BackType