Quand l’Élysée pirate des DVD à la gloire de Sarkozy


Crédit photo : Paris-Match

Alors ça, c’est la meilleure.

Cela fait des années que le gouvernement nous rabat les oreilles avec ses grands projets de régulation/filtrage/censure de l’Internet français (si tant est cela ait le moindre sens…), et voilà que le Canard Enchaîné révèle que l’Élysée a réalisé pas moins de 400 copies vraisemblablement illégales d’un documentaire de France 5 sur le président de la République.

Et dire qu’il y a encore quelques mois, Christine Albanel et sa bande de joyeux drilles nous alertaient sur le danger du piratage et ses conséquences sur la création française. Qu’on défendre à tout prix un point de vue, c’est une chose. Mais qu’on fasse le forcing sur une loi pour obliger toute une nation à suivre un comportement spécifique alors qu’en coulisse on agit à sa guise… il y a de quoi l’avoir mauvaise !

Par ailleurs, comme le note Numerama, si les services de Nicolas Sarkozy ont demandé l’autorisation pour réaliser ses copies, le producteur a été surpris de voir les mentions remplacées par : « Service Audiovisuel de la République – Unité photos – Tous droits réservés (photos et vidéos)« . « Je ne savais pas que je travaillais sous copyright de l’Élysée« , aurait alors ironisé le directeur de Galaxie Presse.

Par curiosité, je me demande quelle serait la sanction pour ce piratage de masse. La suspension de la connexion élyséenne ?

Ça serait bien ballot, Carla Bruni-Sarkozy a lancé tout récemment un site web !

Quoique, elle n’a pas respecté non plus les crédits demandés par WordPress. Aucune mention de ce genre n’apparait sur son site, alors que le code source de son espace est on ne peut plus explicite :

    <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" />
    <meta name="generator" content="WordPress 2.8.4" />
    <meta http-equiv="X-UA-Compatible" content="IE=EmulateIE7" />

Évidemment, WordPress est libre et gratuit. De ce fait, il n’impose pas qu’une telle mention soit présente ; en revanche, c’est une simple doléance qui peut être très aisément satisfaite en envoyant un lien retour vers le site officiel. C’est quand même pas terrible d’utiliser un logiciel gratuit et libre, développé bénévolement, sans remercier au minimum ses concepteurs… surtout lorsqu’on est l’épouse – chanteuse par ailleurs – d’un homme qui fait de la défense des droits d’auteur un véritable cheval de bataille politique.

« La gratuité c’est du vol, paraît-il, mais la politesse élémentaire, visiblement, ne sera pas volée« .

3 Comments

  1. Bien vu l’artiste.
    J’adore comment tu as épinglé le nain en pleine contradiction.

  2. Estella says:

    …….

  3. Elle est bien bonne, celle-là !
    « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ».

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image

Additional comments powered by BackType