Les contenus à l’heure de l’abondance


- Visualiser au premier plan -

Si je suis convaincu que tous les contenus numériques sur Internet ont une vraie valeur, toute la question est de savoir s’ils ont un coût. Car à l’heure où la nature du numérique pose de nouveaux défis aux créateurs de contenus, toute la question est de savoir comment rétribuer convenablement les différents acteurs de ce nouvel écosystème. Cela concerne évidemment les artistes et les créateurs, mais également la presse en ligne.

À l’heure de l’abondance, il faudra créer une économie de l’abondance ou une économie du savoir. Mais essayer de transposer le concept de la rareté sur Internet est une chimère. On le voit bien avec l’explosion de services en streaming audio ou vidéo, légal ou non (Spotify, Deezer, AlloStreaming, MegaVideo, AlloSeven, AlloShare ou AlloSharing). À l’inverse, le peer-to-peer continue de se porter raisonnablement bien. Les sites disparus sont vite remplacés, les logiciels évoluent, les espaces se multiplient et se tapissent dans l’ombre.

L’offre d’un service de valeur devra être rétribuée. Cela ne veut pour autant pas dire que cela sonnerait le glas du gratuit ou du libre. Cependant, des modèles économiques doivent permettre de faire vivre tous ceux qui portent leur activité sur Internet. C’est une évidence. : « une infinité de copies potentielles pour un coût nul met par terre tout modèle de financement basé sur la rareté« .

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image

Additional comments powered by BackType