Bienvenue chez les Ch’tis

Philippe Abrams est directeur de la poste de Salon-de-Provence. Il est marié à Julie, dont le caractère dépressif lui rend la vie impossible. Pour lui faire plaisir, Philippe fraude afin d’obtenir une mutation sur la Côte d’Azur. Mais il est démasqué: il sera muté à Bergues, petite ville du Nord.
Pour les Abrams, sudistes pleins de préjugés, le Nord c’est l’horreur, une région glacée, peuplée d’êtres rustres, éructant un langage incompréhensible, le « cheutimi ». Philippe ira seul. A sa grande surprise, il découvre un endroit charmant, une équipe chaleureuse, des gens accueillants, et se fait un ami : Antoine, le facteur et le carillonneur du village, à la mère possessive et aux amours contrariées. Quand Philippe revient à Salon, Julie refuse de croire qu’il se plait dans le Nord. Elle pense même qu’il lui ment pour la ménager. Pour la satisfaire et se simplifier la vie, Philippe lui fait croire qu’en effet, il vit un enfer à Bergues. Dès lors, sa vie s’enfonce dans un mensonge confortable…

On avait pourtant tout fait pour éviter la foule. Et pourtant, même en y allant en semaine, un jour après la sortie, il y avait une foule immense, digne des plus gros blockbusters américains. En plus, c’était à une heure assez tardive, puisqu’on avait opté pour la séance de 22h15. On est allé voir le film hier soir à la séance de 22h15.

Par ailleurs, la salle était totalement remplie, nous obligeant à nous mettre tout devant (en fait, on se place toujours devant au cinéma) pour profiter de Dany Boon et Kad en gros plan  Enfin, on s’y attendait pourtant, on avait fait l’effort de partir assez tôt…même si on a fait une halte plus ou moins inévitable dans un pub =].

Quoiqu’il en soit, j’ai passé la soirée à rire. Vraiment. L’humour ne retombe jamais totalement, évitant ainsi des chutes dans le rythme. Bref un film à aller voir d’urgence, à la fois pour les clichés sur le Nord, l’accent à couper au couteau, les excellentes répliques ou encore les mimiques des deux têtes d’affiche.

Comme quoi, pas besoin de claquer des millions pour faire un film drôle (je ne vise aucun gaulois en particulier =P).

Au passage, j’ai vraiment apprécié le proverbe ch’timi :

Un étranger qui vient dans le Nord pleure deux fois : quand il arrive, et quand il repart.

Publier un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Required fields are marked *

*
*
CAPTCHA Audio
Rafraîchir l'image