Mind Overflow

Si vous ne voulez pas qu’on le sache, mieux vaut encore ne pas le faire

Lorsque le piratage est bénéfique pour l’économie

Posté par Soren Le 20 - janvier - 2009

Piracy is not theftPiracy is not theft - CC de coder

Les études indépendantes sur le P2P se suivent et se ressemblent au grand désespoir des industries culturelles et des organismes spécialisés dans la protection des droits d’auteur. Dernier coup de canif porté à leur vision étriquée, un document néerlandais réalisé par le cabinet TNO pour le gouvernement. Le rapport de 146 pages juge que les effets du partage de fichiers sur Internet sont positifs au point de rapporter de l’argent.

En effet, Annelies Huygen, la personne en charge de ce compte-rendu, a indiqué que le téléchargement illégal participerait à hauteur de 100 millions d’euros dans l’économie des Pays-Bas, ce qui compenserait largement les effets du piratage dans ce pays ; rappelons d’ailleurs que 30% des Néerlandais s’adonneraient à cette pratique. À bien y regarder, c’est finalement assez logique puisque le partage de fichiers permet de varier et d’augmenter l’offre culturelle disponible sur la toile. Comme les internautes ont accès à plus de choix, ils ont la possibilité de découvrir de nouvelles oeuvres méconnues et de les acheter ensuite dans le commerce.

Par ailleurs, le rapport souligne également que si les fichiers téléchargés ne font rien gagner aux détenteurs de droit, les internautes ne stoppent pas pour autant leurs achats en magasin ou dans les boutiques en ligne. Mieux encore, c’est ceux qui téléchargent le plus qui consomment le plus, devant les individus qui ne téléchargent pas. Et puis, rappelons à tous qu’un fichier téléchargé ne veut pas dire que c’est un bien culturel qui aurait dû être acheté dans le commerce s’il n’avait pas été piraté.

Il faut cesser de croire qu’il y a un lien de cause à effet absolu entre le piratage et le manque à gagner de l’industrie musicale. Certains fichiers téléchargés n’auraient de toute façon pas été acheté, avec ou sans piratage. Quand on aime pas, on aime pas. Donc ça ne peut pas représenter un manque à gagner pour l’industrie culturelle. Enfin, c’est pas aux internautes qu’on devrait tenir ce discours, mais à nos chers dirigeants…

Malheureusement, dans la mesure où le gouvernement français avance avec des œillères sur ce sujet, cette étude ne sera certainement pas évoquée au Midem qui se déroule ces jours-ci à Cannes. En revanche, le rapport de l’IFPI lui sera évoqué puisqu’il va dans le sens du gouvernement et des industries culturelles : 95% des téléchargements sont illégaux et la mise en place de la riposte graduée à la française est nécessaire.

Notez que ce n’est pas le premier rapport du genre. Déjà en octobre 2007, une étude commanditée par le ministère canadien de l’Industrie avait commanditée une étude similaire qui montrait que ceux qui téléchargent illégalement des fichiers musicaux sont également ceux qui achètent le plus de CD. Ainsi, pour 12 morceaux téléchargés illégalement, il se vendait 0,44 CD en plus. Imaginez donc avec des millions de titres récupérés sur les réseaux peer-to-peer…

Sinon, il y a toujours les études menées par l’industrie culturelle, mais voyez-vous, le contenu est bien souvent répressif, alarmiste et surtout bâclé, comme l’a si bien démontré Frédéric Delacroix, directeur général de l’ALPA (Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle).

Le constat n’est donc pas nouveau. Pourtant, il a du mal à ressortir, noyé parmi les nombreuses études, souvent réalisées pour le compte de l’industrie du divertissement, et aux conclusions généralement alarmistes. « Nous sommes face à un phénomène majeur qui peut mettre en péril l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel », déclarait ainsi Frédéric Delacroix, directeur général de l’ALPA, (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle), auteur d’une étude bâclée sur le téléchargement illégal des films en France.

D’autres ressources sur le sujet :

Sur Torrentfreak : economy profits from file-sharing, report concludes.

Patrick Waelbroeck de l’ENST, expert sur la question ayant modélisé en détail l’interaction entre le “piratage” et l’économie.

Partagez cet article !
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google
  • Live
  • Ping.fm
  • Scoopeo
  • Technorati
  • Tumblr
  • TwitThis
  • Wikio
  • MySpace

Laisser un commentaire

Version Audio
Recharger l'image
Sponsors