Mind Overflow

Si vous ne voulez pas qu’on le sache, mieux vaut encore ne pas le faire

Petit guide de survie anti-Hadopi

Publié par Soren le 3 avril 2009

Internet c'est le malInternet c’est le mal - CC Soren

Ce n’est pas parce qu’Hadopi a été honteusement adoptée par onze députés sur les seize présents hier soir (2,5% de la représentation nationale, clap, clap, clap) qu’il faut baisser les bras et se résigner, bien au contraire. Parce que c’est une loi comportant des failles béantes à la fois juridiques et techniques, parce qu’elle entraine un certain nombre de risques pour un citoyen lambda et parce qu’elle bafoue l’État de droit, la République et la Démocratie, il convient de faire un point sur les procédés permettant d’éviter les foudres des ayant-droits et de la Haute Autorité. Rappelons au passage que la loi Création et Internet est critiquée par la Quadrature du Net, le Parlement européen, l’ARCEP, la CNIL, par différentes associations (UFC-Que Choisir, APRIL, AFUL…), des experts techniques et juridiques, des journalistes (pétition SVM, Numérama, PC Inpact) et qu’elle n’apporte à aucune moment AUCUN CENTIME SUPPLÉMENTAIRE à la création et à l’art dans notre pays.

Ainsi donc, le gouvernement au lieu de se préoccuper d’abord du climat, de l’économie mondiale et de tout un tas d’autres dossier éminemment plus important a préféré légiférer sur Internet par le biais de la ministre de la culture. Ainsi Hadopi c’est la répression massive des des internautes, l’absence de l’institution judiciaire, l’absence de contrôle par des organismes comme la CNIL ou l’ARCEP, la mise en place d’une milice privée instituée en autorisant les ayant-droits à fliquer Internet, la suspension potentielle de 365 000 abonnés Internet par an (base : 1 000 par jour selon les chiffres de Christine Albanel) avec une durée pouvant aller jusqu’à un an, l’envoi de 300 000 e-mails par mois sans possibilité légale de contestation et avec l’impossibilité de savoir quels sont précisément les œuvres qui auraient été téléchargées illégalement, l’envoi de 90 000 lettres recommandées par mois toujours sans possibilité légale de contestation…

Mais l’Hadopi, c’est aussi le marquage des œuvres, la mise en place d’un filtrage rampant sur Internet sous couvert de lutter contre la pédophilie, la pédopornographie, le terrorisme, le racisme et le négationnisme (qui peut se positionner contre ce principe ?), la labellisation et le sur-référencement des plate-formes commerciales officielles, l’absence de contraintes administratives des éditeurs de “solutions de sécurisation” (= mouchards) dans la fourniture du code source de leurs logiciels de surveillance et de traçage, la surveillance des œuvres sur les réseaux avec contrôle à distance ou accès aux données personnes encadré d’une simple procédure déclarative et non plus d’autorisation. Enfin, c’est l’assurance d’avoir des éditeurs qui vont imposer dans les faits des solutions payantes (achat du logiciel + installation + mises à jour régulières) aux abonnés inquiets de se faire suspendre la connexion Internet.

Voilà en vrac quelques “progrès” qu’apporte Hadopi à Internet, à la culture et à la France.

C’est non sans une “certaine fierté” qu’au petit jeu de celui qui contrôle-filtre-bloque Internet le mieux Internet, la France, le pays des Droits de l’Homme, peut espérer ravir la place aux grands champions dans ce domaine, les Chinois ! Comme le font remarquer déjà de nombreux internautes sur les blogs ou sur les forums, devant ce qui s’avère une véritable parodie d’institutions représentatives, la désobéissance civile contre la loi Création et Internet apparait comme la seule solution viable pour ne pas avoir à subir les délires fantasmagoriques des créateurs d’Hadopi.

Ainsi, pour lutter contre le virus Hadopi, je préconise de mettre à jour vos vaccins à travers différents antidotes (merci à Linux Mania pour l’idée originale !).

1 - N’ayez pas peur

ZazenZazen - CC Osbock

C’est l’objectif premier d’Hadopi : faire pleurer dans les chaumières et mettre la pression dans les familles. Puisque la coupure Internet peut impacter plusieurs personnes dans un foyer, les responsables de ce projet de loi espèrent sans doute que les parents reprennent la main sur leurs chères petites têtes blondes (évidemment, ceux qui téléchargent, c’est les jeunes !) en surveillant leurs activités en ligne.

Si on part du principe que 5 millions de Français téléchargent via les réseaux P2P, vous pouvez très bien recevoir un e-mail d’avertissement que tous les 500 jours, c’est à dire tous les 16 mois. En effet, même si la vitesse de croisière du système prévoit 10 000 e-mails d’avertissement par jour, les compteurs Hadopi sont remis à zéro tous les 6 mois.

2 - Contestez systématiquement

ContestationContestation - CC aftershow

La loi Hadopi ne prévoit pas de contestation possible pour un internaute ?

Hé bien contestez quand même à l’e-mail ou à la lettre recommandée. Dites leur que vous n’avez pas Internet, que vous ne comprenez pas le contenu de l’e-mail, que vous voulez d’abord savoir de quoi on vous accuse en demandant les noms exacts des œuvres qu’on vous reproche d’avoir téléchargé, qu’on a piraté votre Wi-Fi, que Satan a piraté votre Wi-Fi, que quelqu’un utilise votre adresse IP, que vous ne téléchargez jamais, que c’est une erreur, que vous êtes autre chose qu’un numéro ou une adresse IP, que vous êtes en IPv6 et pas en IPv4, que vous étiez en vacances, que ce n’est pas votre IP, que vous suspectez que ce soit une tentative de phishing, que c’est du spam imitant l’e-mail gouvernemental…

Ensuite, pour être bien sûr : envoyez un mail de contestation, un mail confirmant la contestation, un mail de vérification de réception, un mail confirmant l’envoi d’un e-mail de confirmation…

En fait, contestez même si vous n’avez rien fait ou rien reçu.

Les cons, ça ose tout.

Osez !

Essayez d’être aussi cons qu’eux et il y a encore de la marge.

3 - Votez

VoteVote - CC Virany

Les prochaines élections européennes auront lieu le samedi 6 et dimanche 7 juin pour la France. L’objectif est d’élire un nouveau parlement européen, vous savez, celui-là même qui a considéré à deux reprises - et à plus de 88% - que l’accès à Internet est un droit fondamental (cf rapport Lambrinidis). Rappelez leur que vous êtes un europhile convaincu et que vos positions politiques peuvent être assez fluctuantes quand ça touche à certaines de vos valeurs et à vos convictions.

Vous pouvez également contacter votre député européen ou français, et qu’en fonction de sa position sur l’Hadopi, son CDD pourrait ne plus être renouvelé. Ni celui de ses collègues d’ailleurs. En faites, dites lui-même que vous allez attribuer le poste à son rival politique. Remerciez-le encore une fois que sous couvert de défendre les industries du disque au modèle économique déliquescent, les droits de la défense, la présomption d’innocence et l’état de droit ont été joliment pulvérisés.

4 - Changez votre adresse IP

There’s no place like 127.0.0.1 - CC B.G. Johnson

Les serveurs mandataires (= proxy) permettent d’utiliser un autre système pour relayer des requêtes entre votre ordinateur et le serveur cible. Ainsi, c’est l’adresse IP de l’intermédiaire qui sera détectée par le serveur cible et non pas celle de votre PC. C’est assez pratique en termes de sécurité et d’anonymat, et en plus c’est gratuit, simple et légal.

Alors dans ce cas là, pourquoi ne pas naviguer sur Internet en vous faisant localiser en Amérique, en Asie ou au fin fond de l’Afrique australe ? Cela aura l’avantage de vous placer hors de portée des erreurs de l’Hadopi, vous permettant ainsi de continuer vos petites affaires tout en restant hors de vue des radars automatiques des ayant-droits. Et franchement, ça va les faire chier, alors pourquoi s’en priver ?

Il existe ainsi un certain nombre de serveurs mandataires étrangers, anonymes et gratuits : Public Proxy Servers, Anonymouse, Xroxy, Proxy Websites, Anonymizer Nntime, Naviguer… vous pouvez également visiter la page Wikipédia sur le sujet avec d’autres liens du même genre. Une fois sur l’un de ces sites, il vous suffit de rentrer l’adresse Internet du site que vous voulez visiter, et vous voilà avec une autre adresse IP.

Pour vérifier si cela fonctionne bien, il existe quelques sites permettant de vous géolocaliser. Faites donc quelques essais sans et avec un serveur mandataire, vous devriez vous votre position sur la carte varier :) (et honnêtement, voir son quartier par ce procédé, ça jette un froid =P) : Host IP, IP Address, Utrace. Enfin, si vous utilisez le navigateur libre Mozilla Firefox, sachez qu’il existe une extension permettant de changer aisément de proxy : FoxyProxy.

Sachez que sans cette méthode, votre adresse IP, votre pays , votre fournisseur d’accès Internet, et votre NRA (noeud de raccordement d’abonnés) et votre point de connexion à Internet sont repérables par les agents assermentés.

La suite se trouve sur ce billet (Petit guide de survie anti-Hadopi (2))

Note bene : si vous avez des suggestions pouvant entrer dans ce petit guide de survie, si vous souhaitez apporter des précisions ou des corrections, n’hésitez pas !

Partagez cet article !
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google
  • Live
  • Ping.fm
  • Scoopeo
  • Technorati
  • Tumblr
  • TwitThis
  • Wikio
  • MySpace

One Comment

    TrackBacks / PingBacks

    1. [...] Suite du billet Petit guide de survie anti-Hadopi. [...]

    Leave a Reply

    Version Audio
    Recharger l'image
    Sponsors

    About Me

    Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je dois résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens me disent “Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?”, je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain qui sait ? Peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi...

    Twitter

      Photos

      IxquickCalcul distribuéInternet c'est le malGhostNet 2GhostNetipredatorCuvée Hadopi vin rouge (Domaine Berenas)Cuvée Hadopi vin blanc (Domaine Berenas)The Periodic Table of Final Fantasy Characterscapture_editeurCapture_ftpCapture_editeur